Culture indépendante et Crowdfunding

Sur le financement des lieux de fabrication numérique

par mathilde, le 17 décembre 2013

9128540767_125603074b_b

Credit picture: CC-BY Mananasoko on Flickr

Les lieux de fabrication numérique fleurissent partout en France, rassemblés sous l’étendard « Fab Lab ». Le gouvernement vient d’annoncer les résultats de l’appel à projet Fab Labs 2013 qui visait à accorder des subventions (une enveloppe de 15 millions d’euros) à une poignée de projets sélectionnés. 14 projets bénéficieront de l’aide. 140 projets n’en bénéficieront pas.

Cette tribune sur le blog KissKissBankBank est une bonne opportunité pour moi de partager mon point de vue sur le financement des lieux de fabrication.

Pour mettre en place un lieu de fabrication, qu’il soit « hackerspace », « Fab Lab », « usine de quartier » ou autre, la première pierre n’est PAS le financement. Ce sont les gens. Peu importe si le lieu ouvre dans un squat temporaire, est équipé seulement de prises électriques et n’a pas de statut officiel. Ce qui donne vraiment naissance à un lieu, ce sont ceux qui y viennent, qui passent du temps à concevoir l’espace et à décider ensemble des règles du lieu. Les week-end passés à casser les cloisons, construire des meubles, installer l’électricité. Les discussions acérées sur la mailing-list.

La France est parsemée de ces lieux où se réunissent des communautés vibrantes, mêlant hackers, artistes et ingénieurs, simple curieux avides d’apprendre et experts travaillant sur des projets de haute envergure. Pour qu’un projet advienne, ce n’est pas l’investissement financier qui compte, c’est l’investissement humain.

Lorsqu’un lieu a besoin de financement, c’est avant tout pour s’équiper en machines. Et elles coûtent cher. Très cher. En visitant des lieux de fabrication un peu partout, en France et ailleurs, il est facile de remarquer que la plupart est nettement sous-équipée. Les machines y arrivent peu à peu, lentement, au hasard des opportunités. Elles sont souvent données ou achetées d’occasion. Parfois faites maison, comme c’est le cas de la plupart des RepRap.

Les 14 lieux sélectionnés ont pour certains déjà une communauté active autour d’eux. Pour d’autres, il s’agit surtout de s’équiper pour répondre à la demande professionnelle. Les entreprises du secteur pourront y faire fabriquer leurs prototypes pour un coût intéressant, dans un temps court et localement. Des formations professionnelles pourront aussi y être organisées pour offrir de nouvelles perspectives d’embauches à ceux qui souhaitent se mettre à la conception et fabrication numérique.

Mais qui des projets non-retenus? et de tous les autres?

Le crowdfunding est la clé manquante au financement des lieux de fabrication.

Financement participatif et lieux de fabrication partagent la même démarche, fondée sur l’entre-aide et la création collective. La campagne se joue au niveau local. La confiance se construit avec les communautés qui sont directement touchées par le lieu.

KissKissBankBank est une « maison de créativité » de la même façon que le sont les lieux de fabrication. Je suis mentor hardware sur cette plateforme pour une seule raison : aider ce type de projets à se développer partout dans le monde. Activement présente pour découvrir votre projet de lieu et vous aider à mettre en place votre campagne.

Mathilde Berchon (me contacter) / MakingSociety

About financing digital fabrication spaces

9128540767_125603074b_b

Credit picture: CC-BY Mananasoko on Flickr

Digital Fabrication spaces flourish everywhere in France, often gathered around the name « Fab Lab ». French government just announced results of the « Call for Projects Fab Labs 2013″. Its goal: select projects that will beneficiate from a shared 15 million euros grant. 14 projects will receive the grant. 140 projects won’t.

This column in the KissKissBankBank blog is a great opportunity for me to share my opinion on how fabrication spaces get funded.

To create a fabrication space, might it be « hackerspace », « Fab Lab » or « makerspace », the first stone is NOT the funding. It’s the people. No matter if the space is open in a temporary squat and is only equipped with electrical plugs. What really makes a space comes alive is the people who come spend time in it, conceive and decide together of the space and its rules. Week-end spend breaking the walls, building furnitures, installing electricity. Vibrant discussions on the mailing-list.

France is scattered with spaces where hackers, artists and engineers, curious learners and experts working on ambitious projects. For spaces to come to life, what matters is not the financial investment, it’s the human one.

When funding is needed, it’s almost always in order to get the machines. And they cost a lot. A lot. When I visit fabrication spaces, in France and most other places, it’s easy to see that spaces are usually under-equipped. New machines are rare and depend on special occasions. Most of the time, they are donated or bought on second hand markets. Sometimes homemade, like most RepRaps.

Some of the 14 winners already have a vibrant community around them. For others, it’s mostly about getting equipped to addressing professional requests. Local companies will be able to fabricate their prototypes for a lower cost, in a shorter time and locally. Workshops will be organized to give new job opportunities for anyone wanting to learn about digital conception and fabrication.

But what about the projects that haven’t been selected? And the other ones?

Crowdfunding is the missing key to the funding of fabrication spaces.

Crowdfunding and fabrication space share the same approach, based on collective creativity and mutual aid. Crowdfunding campaign are played at the local scale. Trust is build with the communities that can directly benefit from the space.

KissKissBankBank is a « house of creativity » in the same exact way than fabrication spaces are. I am a hardware mentor on this platform for only one reason: help this type of projects spread all around the world. Actively available to listen to your project and help you to get your campaign ready for success.

Mathilde Berchon (contact me) / MakingSociety

Visit KissKissBankBank.com